Interview de Jean-Michel Baylet dans le Journal de Saône-et-Loire

Publié le 04/10/2011 par JMBaylet

Seul radical au milieu de cinq socialistes, les primaires sont, pour Jean-Michel Baylet et les idées qu’il porte, un formidable tremplin.

 C’est celui qui a déclenché le buzz sur internet après le premier débat télévisé. Ses prises de position en faveur de la légalisation du cannabis ont déclenché des torrents de tweets. Président du Parti radical de gauche mais aussi PDG du groupe de presse La Dépêche, Jean-Michel Baylet est sénateur et président du conseil général du Tarn-et-Garonne. Il a répondu à la sollicitation de la vice-présidente du PRG, Claudette Brunet-Lechenault, et a pris le temps de répondre à nos questions.

Comment vous sentez-vous dans ces primaires où vous êtes le seul radical face à cinq socialistes ?
Je me sens très bien et pour cause : dès 2005, les radicaux demandaient des primaires ouvertes. Les socialistes ne nous ont pas entendus à ce moment-là et ils ont connu la défaite de 2007. C’est donc en toute cohérence que j’ai pris part dans cette primaire. L’accueil que je reçois, au cours de la campagne, est très chaleureux, amical. Les choses se passent très bien pour moi !

Ces primaires n’ont-elles pas été surtout un formidable moyen de faire connaître les propositions du Parti radical de gauche ?
Effectivement, cela nous permet de porter haut et fort les couleurs radicales. De populariser notre attachement à la République, à la laïcité, à la solidarité. Je suis le seul, dans ces primaires, à être libre vis-à-vis du programme du Parti socialiste. Il ne vous a pas échappé que mes cinq concurrents ont voté le programme du PS à l’unanimité. Cela les engage dans une voie étroite.

Quelles sont donc les différences majeures entre radicalisme et socialisme ?
Nous sommes plus modernes, notamment sur tous les sujets de société. Les radicaux ont toujours été des femmes et des hommes de progrès. L’impôt sur le revenu, par exemple, a été créé par les Radicaux. Ils ont également été à l’initiative de la séparation de l’église et de l’État. Fidèles à notre histoire, nous continuons de proposer des solutions aux problèmes de notre temps.

Comme la légalisation du cannabis, par exemple ?
Quand on parle d’euthanasie ou de légalisation du cannabis, c’est plus courageux que le statu quo. Vous avez vu la position d’Arnaud Montebourg à ce sujet ? Quel conservateur ! C’est être laxiste et lâche, aujourd’hui, que de laisser les dealers gérer nos quartiers. Plusieurs centaines de milliers de Français fument régulièrement. Contrôler la qualité des produits est une question de santé publique. De toute façon, les radicaux ont toujours été plus courageux que les socialistes !

Ne vous sentez-vous pas un peu décalé dans cette compétition ?
Je suis différent et j’en suis fier. Je suis provincial quand ils sont parisiens, j’ai un accent chantant. Mais au-delà de nos différences, nous avons, tous les six, un seul objectif : l’alternance.

Le Journal de Saône-et-Loire par Par Florence Poli


Découvrez d'autres « Lu vu et entendu » :

VIDEO-Meeting Européen à Toulouse en présence de Jean-Michel Baylet-Virginie Rozière-Ségolène Royal-Laurent Fabius
Lire plus

0 commentaire | 23/05/2014

Le département est une collectivité de plein exercice qui fonctionne très bien
Lire plus

0 commentaire | 17/04/2014


0 commentaires
Publié dans Médias le 04/10/2011 par JMBaylet

Laisser votre commentaire ou votre opinion